Behance Served Sites

Served is a collection of sites that showcase category specific content from Behance, the world's leading platform for creative professionals across all industries.

View All Served Sites →

TRANSGRESSION SPATIALE

Info
Statistics
Created:
Last Edited:
1725
38
0
Description
Essai Architecture Conception d’une capsule d’habitation nomade, opérationnelle et modulaire
Share


  •       L’architecture mobile comme moyen technique d’investir le territoir de l’extrême
  •  
  • Aux confins du monde connu, les paysages extrêmes fascinent, habitent et questionnent la psyché humaine. Cette recherche de l’expérience limite s’inscrit dans la philosophie moderne comme le désir de transgresser la norme en vigueur. L’investissement des contrées les moins habitables de la planète remet ainsi en cause les notions traditionnelles d’abris, d’espace et de permanence; elle redéfinit la relation homme-nature.

    D’inspiration biomimétique, le projet de l’extrême exacerbe le caractère sublime du site mais lui fait aussi justice en termes d’audace et d’ingéniosité. À ce titre, le souci de performance parallèlement au caractère maximal de la fonction expose une requalification de l’habitation nomade. Un instrument d’habitation suggérant une échelle réduite, plus agile et totalement opérée par l’utilisateur. Ultimement, cet outil d’investigation [in situ] permet de vivre une expérience directe avec la nature; l’atteinte de l’extrême pointe.  
    La capsule d’habitation nomade contemporaine est hautement technique et annonce à samanière l’architecture du futur.




  • [a] La philosophie moderne fait office de préambule à l’expérience transgressive; elle ne peut entrevoir la fin sans expérimentation. À travers cette idéologie effervescente et manifestement dangereuse de concevoir la liberté humaine rien ne reste anonyme. Chacune des idées colle à une expérience physique, tangible et explicite dans sa forme.

    [b] À ce point, le projet d’architecture se prononce comme familier du sujet. Un élément hautement spécialisé projeté dans le paysage global pour y subsister. Une capsule dont le parti formel se situe à mi-chemin entre sa fonction propre et la formation d’une « substructure ».

    L’autorité étant souveraine, le projet est un « dispositif » crucial;
    la clé de voute de l’hypothèse.

    [a] + [b] = [c*]

    Hors de toute valeur expérientielle, hors de tout site extrême, la capsule devient cellule. Relativement au territoire où elle sera mise en oeuvre, le projet prendra forme métaphorique d’un oasis et permet dès lors de maintenir la vie à un niveau inespéré. Ce contraste mythique entre deux univers effleure l’idée d’une architecture embryologique. Le repositionnement de l’individu plongé entre nature et culture apparait soudainement comme le premier pas vers l’expérience sublime.

    Hors de la cellule, la zone de contact extrême; aux confins du monde connu.
    Échelles inintelligibles, climat inhumain, vie quasi inexistante.
    Les pôles comme limites terrestres ultimes.
    Dernières landes vierges de la Terre.




  • Premier élément d’un système, la forme retenue démontre déjà une articulation dans l’espace. En outre, elle offre un rapport efficace de proportions entre les faces qui la composent. Les carrés (tronqués) du volume désignent les points de raccords et d’ouvertures par leur dimension alors que les figures hexagonales forment une structure périphérique autoportante. La qualité du solide en terme de géométrie est ainsi fixé dans le prototype numérique. Cette série de données deviendra un paramètre dans l’optimisation du volume; un élément de la formule vers une morphologie augmentée. Les modifications qui en découlent renforcent l’intégrité structurale de la capsule, permettent son usinage et raffinent son apparence. Cette démarche assistée par ordinateur demeure réversible, modifiable et renouvelable tout au long du processus.






  • À travers
    l’action souveraine et l’expérience du site extrême, la [transgression spatiale] permet de revoir le rapport entre l’homme et la nature. D’une part comme individu mais surtout en tant qu’espèce; c’est un constat unilatéral soumis aux précédents ainsi qu’aux croyances populaires. Cette interprétation relate la transformation significative de l’espace. Par la transgression, il est possible de redéfinir l’extrême et de susciter le discours de réaction; favorable ou non en raison de l’idéologie de chacun. En outre, l’exercice permet d’épouser une vision abstraite de l’architecture comme expérimentation métaphysique de la théorie. En d’autres mots, si la [philosophie] décrit une conception générale de l’existence humaine alors l’architecture permet la mise en œuvre tangible de ses principes relativement à la notion anthropologique d’autorité. Dans le dialogue homme-nature, cette mise en œuvre aborde la notion de sublime, la comparaison franche ainsi que l’inversement des rôles.



  •  
     
     
  •  
     
     


  •  
     
     
  •                 [ENGLISH VERSION]
    _____________________________________________________________________________________
    A.Project description
     
    Mobile architecture as a mean to instigate extreme territories
     
    On the edge of the known world, extreme landscape fascinate human psyche. This search for borderline experiences sets itself in modern philosophies like the desire to transgress the norm in place. The investi- gation of the less habitable lands of the planet challenges notions of shelter, space and permanency; it redefine man-nature relation.
     
    Inspired by biomimetism, the project of the extreme enhances the site’s sublime quality and pays tribute to ingenuity and audacity. Care for performance in relation with the maximal nature of the function exposes a requalification of the nomad habitat; an instrument suggesting reduced scale, more agility and total user control. Ultimately, this investigation tool (in situ) allows to live direct experiences with nature; achieving extreme point. The contemporary nomad habitation capsule is highly technical and foresees, in its own way, future architecture.
     
    Outside any experiential values, outside any extreme sites, the capsule becomes a cell. The project metaphorically takes the form of an oasis and allows from this moment to keep life at an unexpected level, relatively to the territory in which it is put to use. This mythological contrast between two universes brushes an idea of embryological architecture. Repositioning of the individual set between nature and culture appears suddenly as the first step to the sublime experience.
     
    Out of the cell, the extreme contact zone; to the edge of known world.
    Unintelligible scales, inhuman climate, quasi inexistent life.
    Poles as ultimate terrestrial limits.
    Last terra incognita of the Earth.
     
    _____________________________________________________________________________________
    B.Project specs
     
    Basically formed of an ergonomically adapted life space, the functional space of the capsule restrains itself to the occupation of one standard individual. To offer a work, rest and operation station, the internal space reach exactly 1000 mm of radius at center, and up to 4.20 m3 of volume. This first sealed and self-sufficient shell forms the core of the project. This envelop must be as comfortable inside as it is sturdy outside, to ensure its host security. The 6 openings on the hull are sealed by three types of hatches. Those devices contain all the pneumatic connections, which will allow the settlement to grow or to retract. They also allow for better natural lighting . All those features put together are the only true protections for the user in extreme contexts.
     
               The protective shell
     
    Fixed to the tubular skeleton in many points, the shell is dissociated from the underlying layer by 200 mm. This feature let the anisotropic fibers of the layer bend under impact instead of them shattering. The outer layer is polarized and shields the core polycarbonate from ultraviolet, which sustains long polar sunlight cycle.
     
              The basis
     
    Staying in the biomimetism idea, the capsule base is an instrument of adaptation above all, inspired by nature. Added to the nomad project, the tripod with retractable drill and stabilizing jacks offers an interesting connection between its in situ rendering, its dimension and its intrinsic weight. Set to 120 degree angles, those pseudo pods complete the basis of the capsule; acting as sturdy parts where energy and water reservoirs are found.
     
              The head
     
              Energy (pvc)
              Telecommunications
              Secured satellite network (c-nom)
              ARVA Beacon
              GPS
              *Logbook maintenance
    _____________________________________________________________________________________

Comments: ( Comments )